Aperçu

Impressions : Bêta multijoueurs de Gears of War 3

Même si la sortie de Gears of War 3 n’est encore qu’un petit point à l’horizon,  J’ai pu m’essayer de nombreuses heures à la bêta multijoueurs du jeu qui s’est tenue du 25 avril au 15 mai. Même si l’avis des nombreux joueurs qui ont participé à cette bêta va surement altérer le produit final, je pense que cette bêta reflète déjà très bien ce qui fera bruler le Xbox Live dès le mois de septembre prochain. En quelques mots : Ca va être Badass !!

Quoi de neuf au programme ?

D’un point de vue nouveauté, ne vous attendez pas à un bouleversement par rapport à Gears of War 2. Attendez-vous plutôt à un affinement du produit pour des parties moins brouillonnes et un peu plus fines. Durant cette bêta, seuls trois modes de jeux étaient disponibles et jouables sur quatre nouvelles maps. Suffisamment pour faire rugir le Lancer et étriper du locuste dans la joie et l‘allégresse.

Team DeathMatch : Un grand classique de nouveau présent dans Gears of War 3. En gros, deux équipes de 5 joueurs se frittent comme de gros bourrins jusqu’à qu’une équipe prenne l’avantage sur l’autre. Sauf que maintenant, chacune des équipes n’a le droit qu’à 15 respawn. En gros, il faut absolument éviter les gros boulets dans son équipe et garder un maximum de sang-froid lorsqu’il ne reste plus aucun respawn et que l’ennemi attaque de front. C’est le mode de jeu où j’ai passé le plus de temps et qui m’a procuré le plus de plaisir. Les débuts de partie sont endiablés alors que les derniers instants sont beaucoup plus réfléchis et stressant. Un vrai bonheur.

Capture the Leader : Toujours dans le même esprit qu’un Capture The Flag classique, ici, le drapeau est remplacé par un joueur désigné en début de partie que l’on doit mettre au sol avant de le prendre en otage et le garder contre soit durant 30 secondes. Un mode de jeu plaisant où l’on passe son temps à courir derrière l’ennemi et à tous se rassembler au même endroit pour se charcuter. De l’hémoglobine en veux-tu en voilà.

King of The Hill : Même si c’est un mode que j’ai très peu joué, certains y trouveront leur compte. Le but est de prendre possession d’une zone désignée et d’ensuite la protéger de l’ennemi. Un brin technique, ce mode se résume surtout à foncer tête baissé d’un côté et à prendre position de l’autre et d’écharper tout ce qui bouge.

De nouvelles maps.

En plus de nous présenter ces trois modes de jeux qui ne sont pas réellement des nouveautés, cette bêta nous proposait également quatre nouvelles maps. Voyons-voir :

Checkout : Je ne suis pas vraiment sur de moi, mais cette map présenterait un étage d’un centre commercial ou peut-être d’une gare. Assez étriquée, cette map contient de nombreux spots où se mettre à couvert et pas mal d’angles mort. Idéal pour l’utilisation du fusil à pompe ou du tronçonnage !

TrashBall : Cette map reprend l’intérieur d’un stade de football américain. Avec l’énorme panneau des scores au-dessus de nos têtes (Que l’on peut faire s’écrouler) et la possibilité de grimper quelques marches pour se battre dans des couloirs et salles plus étriquées. L’intérieur du terrain possède plusieurs spots de couverture qui permettent des combats à distance. Mais rien ne vaut le corps à corps sur Gears !

Trenches : Après le centre commercial et le terrain de foot, on s’envole pour des mines à ciel ouvert avec des tranchées, des espaces très étroits, des positions en hauteur et même une tempête de sable qui vient nous aveugler de temps à autre.

Old City : Dans une ambiance très « Fable » cette map reprend les traits d’un petit village avec de nombreuses petites ruelles ainsi qu’une petite place pour des affrontements massifs ! L’une de mes préférées !

En plus des nouvelles cartes, cette bêta proposait quelques nouvelles armes comme le Digger, qui permet de tirer à travers le sol et de toucher sa cible très facilement, le Retro Lancer, qui a troqué sa tronçonneuse pour une baïonnette, le fusil à canon scié, qui démembre l’ennemi au corps à corps mais qui est très lent à se recharger et inutile à distance, ainsi que des grenades inflammables et quelques modification de visée pour des armes locustes. De quoi bien se marrer. Si, si.

Toujours aussi badass !!

Les nouvelles cartes et armes mises de côté, cette bêta nous a montré un multijoueurs d’excellente facture et bien supérieur à l’expérience que propose Gears of War 2. Graphiquement plus fin et encore plus fluide, manette en main, le jeu est un véritable petit plaisir. Les parties sont sanglantes, bourines, jouissives et se permettent même d’être plus tactiques ! Il est désormais possible, à l’aide de la touche LB, d’isoler ses coéquipiers et même de cibler un ennemi. Et pour les amateurs de finsih mooves, de nombreuses façons d’achever ses ennemis sont au programme.  On enchaine les parties sans se rendre compte du temps qui passe, surtout que l’interface a été revue et qu’elle est maintenant plus épurée et beaucoup plus agréable à parcourir. Toujours au rang des nouveautés, Gears of War 3 inaugure l’apparition de niveau avec points d’expérience. Au fil des parties, selon le nombre de frags, de parties gagnées et enchainées, de la façon de jouer et de nombreux autres facteurs, on monte en niveau tout en débloquant des rubans et médailles ! Avec en prime quelques petits bonus comme des nouveaux personnages jouables, des finishs et des skins pour armes.  La classe à Dallas !

Même s’il est encore trop tôt et qu’il faille encore de nombreuses heures de jeu avant de donner un avis catégorique sur la chose, ce qui est sûre, c’est que le multijoueurs de Gears of War 3 promet de très belles choses ! Graphiquement somptueux, fluide et incroyablement grisant, on enchaine les parties sans sourciller. Les nouvelles maps sont très agréables, les armes également, le système de niveau avec expérience est le bienvenu et l’interface est enfin confortable à parcourir. Pour le moment, c’est du tout bon et je suis sûr que le Xbox Live va arriver à saturation pour la sortie du jeu. On attend juste avec impatience les autres maps, modes de jeu et différents bonus que nous proposera la version finale du jeu. Mais pour ça, il va falloir être patient. Ça va être long, je sais

Cliquez pour commenter

Envoyer

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

En haut