3DS

[TEST]New Super Mario Bros 2

Alors que les premiers possesseurs de Nintendo 3DS ont du fébrilement patienter quelques mois avant de mettre leurs mimines sur le tout premier Mario de la machine, les acquéreurs de la 3DS XL ont eu la chance, eux, d’avoir accès à un épisode flambant neuf des aventures du plombier moustachu pour accompagner leur achat. Sauf que voilà, si la sortie d’un Mario reste et restera un évènement à part entière, à force de tirer sur la même ficelle depuis de nombreuses années, il semblerait bien que la joie et l’allégresse générale aient été troquées par une petite pointe de morosité. 

Une histoire de déjà-vu

Comme à son habitude, cette gourdasse de Princesse Peach se fait kidnapper par l’équipe de bras cassés de Bowser et c’est une fois de plus ce brave Mario, épaulé de son frangin tout de vert vêtu, qui doit retourner au turbin pour libérer la belle et se prendre sa petite veste habituelle. Vous l’aurez compris, rien n’a changé du côté du Royaume Champignon. Mais si on joue à un Mario, ce n’est pas pour ses qualités scénaristiques mais pour son gameplay et toutes les idées de génie qui en jaillissent avant tout. Alors oui, un nouveau Mario est toujours l’occasion d’ouvrir son coffre à éloges et pourrir de compliments, les plus grandiloquents les uns que les autres, ces génies que sont les développeurs, artistes et autres game-designer de chez « Big N ». Mais à l’instar d’une part de forêt noire, d’un éclair au café ou d’un bon gros plat de pattes à la carbonara, à force d’en ingurgiter, on a comme un « gout de vomis » dans la bouche, on est gavé. Et bien c’est un peu ce qu’il se passe avec les nouvelles aventures de Mario et sa bande sur Nintendo 3DS. Non pas que l’envie de vomir se fait sentir dès les premiers niveaux bouclés, mais cette satanée impression de déjà-vu se fait tellement sentir durant les premières minutes de jeu qu’on en viendrait presque à s’ennuyer et bailler aux corneilles. Du moins, pour l’amateur et le fan ayant déjà plusieurs heures de jeu à son historique. Le nouveau joueur ou l’occasionnel y verra un enchainement de niveaux diaboliquement bien pensés avec un gameplay ciselé à la perfection pour un plaisir de jeu à la limite de l’inégalable dans la case du jeu de plate-forme. C’est là tout le problème de New Super Mario Bros 2. L’art d’avoir le cul entre les deux chaises et d’autant décevoir qu’il peu émerveiller.

Crédit à taux zéro

Du côté des nouveautés, Nintendo semble avoir voulu répondre à la crise en donnant la possibilité aux joueurs d’amasser un maximum de pièces d’or possible pour faire gonfler un compteur symbolisant votre richesse personnelle. Et hormis l’aspect purement « collectionite« , la satisfaction personnelle ou l’envie de prouver au monde entier, via Spot-Pass, qu’on a la plus grosse, cette « nouveauté » n’offre aucun intérêt particulier. Pas de boutique pour dépenser ses sous et pas de jolis costumes à gagner. On a juste le droit à la carotte du million de pièces à atteindre pour bomber le torse fièrement et se dire qu’on est trop puissant. Mais le fait est qu’une fois la partie lancée, on se prend rapidement au jeu à tenter de chiper le plus de piécettes possibles pour alourdir sa bourse. Surtout que le jeu n’est pas avare en pièces dorées puisque tout est fait pour faire exploser le compteur (NDLR: On vous invite à jetez un oeil à la vidéo diffusée lors du dernier Nintendo Direct, c’est impressionnant). Entre les différents niveaux plein à craquer, à la petite briquette dorée qui distribue des pièces comme Joey Barton distribue des tacles à la gorge ou encore la toute nouvelle boule de feu qui transforme tout ce qu’elle touche en or, New Super Mario Bros 2 joue dans la surenchère et dans l’orgie de Pesos.  Pour le reste, le jeu s’assure du minimum syndical en reprenant la même formule que New Super Mario Bros et New Super Mario Bros Wii qui s’inspirait eux mêmes d’un certain petit Super Mario Bros 3. A savoir le parcours d’une carte, différents univers, des passages secrets, mais aussi les fameuses maisons fantômes, des niveaux aquatiques et le costume Tanuki. Le tout dans une réalisation graphique mignonette, pleine de couleurs, fourmillant de détails, mais qui n’est pas assez mise en valeur par une gestion de la 3D beaucoup trop discrète qui ne fait que donner un léger relief à l’ensemble plutôt que de la sublimer. De ce côté-là, Super Mario Land 3D s’en sort terriblement mieux.

A deux c’est mieux ?

Mais si vous pensiez vous la jouer solitaire à la conquête du plus gros pécule possible, New Super Mario Bros 2 permet aussi de s’adonner aux joies de la coopération à l’aide d’un mode deux joueurs. Calqué sur ce que l’on peut trouver sur Wii, cette mouture 3DS ne permet que de jouer à deux et uniquement en local. De plus, il est impératif que chaque joueur possède une cartouche du jeu dans sa console pour partir à la pèche entre potes. Et ça ne s’arrête pas là puisque le second joueur fait ici office de faire valoir puisqu’il est systématiquement dépendant de la progression du premier joueur, l’action se déroulant sur un seul et même écran, l’obligeant ainsi à serrer la position du leader quitte à rendre l’expérience brouillonne. Enfin, le jeu propose également « la course aux pièces » où le but est de parcourir trois niveaux aléatoires le plus rapidement possible en y amassant le plus de pièces. Les scores étant par la suite envoyés à d’autres joueurs à l’aide du Street-Pass. Amusant et distrayant sur les premiers essais, ce mode s’essouffle assez rapidement à moins de croiser du monde et que le challenge soit de taille. Surtout que le niveau de difficulté de ce New Super Mario Bros 2 est passé un peu à la trappe du côté du mode solo puisqu’on empile les vies comme on empile les cadavres des gombas. Qu’il est loin le temps où on saignait des doigts pour tenter de passer vainement un simple petit niveau de début de jeu. Mais histoire de rassurer les joueurs les plus exigeants, le jeu regorge de passages secrets à dénicher et il faudra toujours récolter les trois étoiles d’or dans chacun des niveaux.


Au final, que réellement penser de ce New Super Mario Bros 2 ? Recyclage de ce qu’on a pu trouver sur DS et sur Wii ces dernières années, le jeu ne jouit que d’une course aux pièces d’or comme réelle nouveauté et qui fait office de simple gadget plutôt qu’une véritable bouffé d’air frais. Si dans le fond le titre de Nintendo reste une leçon de Game-Design et que tout y est réglé comme sur du papier à musique, le sentiment de déjà-vu prend « trop » rapidement le pas sur le plaisir de jeu. Dans ce cas de figure, l’habitué des jeux Mario prendra ce jeu comme un très bon jambon-beurre alors que le néophyte le dégustera comme un délicieux met sorti tout droit d’un trois étoiles. Mais à 35 euros la cartouche, l’addition pourrait se révéler un peu salée (pour les plus pingres) pour un jeu qui prône l’abondance de pièces d’or.

Jeu uniquement disponible sur Nintendo 3DS

Cliquez pour commenter

Envoyer

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

En haut